Un nouveau regard sur le grand âge est indispensable : inclusion et autonomie doivent être les maîtres mots. Aider nos parents à vivre debout, avec les autres, dans la dignité, ne doit pas être une préoccupation marginale mais être au cœur de notre pacte social.
Rapport CONCERTATION Grand âge et autonomie – Introduction Dominique Libault – mars 2019

Notre situation démographique est connue : en 2040, les personnes âgées de 75 ans ou plus représenteront 14,6% de la population française. Cette donnée, qui est réjouissante puisqu’elle induit une espérance de vie élevée, implique aussi de considérer la perte d’autonomie comme un risque majeur. Un risque mais pas une fatalité.

Aujourd’hui, 90% des seniors sont autonomes, peuvent espérer le rester mais l’augmentation du risque liée au nombre de personnes concernées signifie que la prévention de la dépendance est un défi à relever, individuellement et collectivement, avant que ce risque ne transforme en danger. Or les attentes des seniors changent, changeront encore à la vitesse des évolutions de notre société. Pour y répondre, il faut développer les initiatives publiques et privées, favoriser les expérimentations locales et les innovations qui préfigurent le futur.

Forts de ce constat, les Départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine ont entrepris de faire émerger des projets sur leurs territoires. En juin 2018, un hackathon sur le thème de l’innovation et de l’autonomie des seniors a été organisé à la Seine musicale dans les Hauts-de-Seine. En octobre 2018 se tenait la seconde version du salon E-Tonomy dans les Yvelines, consacré à l’innovation en faveur des personnes âgées ou en situation de handicap. A travers des reportages, des interviews, Questions de famille vous raconte une histoire d’un an. Le début d’une histoire.

Aujourd’hui en France (...), les stratégies précoces de prévention ont des effets tout à fait positifs, qu’il s’agisse du maintien de l’autonomie psychologique ou cognitive. (...) Il est indispensable que notre pays franchisse un cap nouveau dans cette stratégie globale de prévention de la perte d’autonomie. Elle implique d’agir au stade de la fragilité, lorsque la situation est réversible.
Rapport CONCERTATION Grand âge et autonomie mars 2019 – page 86

Autonomie, de quoi parle-t-on ?

Que faut-il entendre par autonomie, aujourd’hui ? Quelles sont les attentes des seniors en matière d’autonomie ? Quelle est la place des seniors dans notre société. Au printemps 2018, en préalable de l’appel à projet « Hachathon- Innovation et autonomie hauts-de-seine », nous avons interrogé des experts.

Dominique Argoud a répondu à nos questions sur les différentes problématiques du maintien à domicile et de l'autonomie. En effet, l’autonomie pour beaucoup, à tort ou à raison, cela commence par vieillir chez soi. Aujourd’hui, 95% des gens vieillissent chez eux et malgré tout, plus de personnes encore aimeraient vivre chez elles.

Il faut avoir des services de maintien à domicile de qualité et en nombre suffisant. (...) Tout est à imaginer : lien social, cadre de vie, relations intergénérationnelles, portages de livres à domicile, artistes à domicile...

Dominique Argoud, sociologue
Maître de conférences en sciences de l’éducation, Dominique Argoud dirige la Faculté des sciences de l’éducation, des sciences sociales et des Staps de l’Université Paris-Est Créteil (UPEC). Il s’intéresse plus particulièrement aux mutations de l’action publique dans le champ social et médico-social et aux problématiques liées au vieillissement.

Serge Guérin s’exprime sur le sens du mot autonomie. L’autonomie, c’est le choix, le droit d’avoir ses choix de vie. C’est pouvoir exercer cette autonomie le plus longtemps possible, en bénéficiant d’un environnement favorable, même si vous avez quelques handicaps ou difficultés.

Au départ, les seniors avaient tendance à ne rien demander. Les nouvelles générations de seniors demandent à bon droit d’avoir des services adaptés à leurs propres besoins. Ils attendent que le service ne soit pas pour eux mais construit avec eux.

Serge Guerin, sociologue
Spécialiste des questions liées au vieillissement et à la «seniorisation» de la société, des enjeux de l'intergénération et des théories de l'éthique de la sollicitude.

Yvelines Étudiants Seniors : binômes intergénérationnels

Moïsette et Matthieu se disent YES © CD78/N.DUPREY

Dans les Yvelines, cet été, plus de 130 étudiants recrutés par le Département vont rendre visite quotidiennement à des personnes âgées. Un dispositif original qui permet de favoriser les échanges intergénérationnels et l’enrichissement personnel. Pour rompre l’isolement des seniors qui souhaitent rester chez eux.

Il n’y a qu’un ami profond qui peut vous aider à régler ce problème.
C’est comme si on s’était toujours connu. J’ai la même relation qu’une grand-mère avec son petit-fils. J’apprécie cette relation « personne à personne » qui accroît si possible la confiance que j’ai en lui.

Jean-Luc Noel évoque l’autonomie et les services proposées pour la garder. Il insiste sur le consentement des personnes et la conservation du pouvoir de décision. L’autonomie décisionnelle n’est pas corrélée à l’autonomie fonctionnelle. On peut être dépendant physiquement mais conserver une très grande autonomie décisionnelle.

Les aides et les services doivent être pensés en fonction du consentement de la personne. Il faudrait toujours les agrémenter de réflexions de psychologie mais aussi d’éthique.

Jean-Luc Noël, psychologue clinicien
Spécialisé en gérontologie et dans l’approche thérapeutique du sujet âgé et du malade d’Alzheimer.

Marie-Françoise Fuchs, créatrice de l’association OLD’UP, évoque la place de la personne âgée dans la société. Une place qui, finalement, devrait être comme les autres.

Le rêve que nous avons, c’est de réussir à être des membres à part entière de la société [avec] d’autres forces, d’autres visions. (...) nous avons des faiblesses, nous marchons moins vite, et quand on marche moins vite, on regarde autour de soi, on a le temps de parler, nous avons une disponibilité !

Marie-Françoise Fuchs, créatrice de l’association OLD’UP
Marie-Françoise Fuchs a été médecin et psychanalyste. Fondatrice en 1994 de l'École des grands-parents européens, elle crée l'association Old Up en 2008, dont le slogan est "plus si jeunes, mais pas si vieux". Une association qui regroupe selon elle des « vieux » qui ont encore de l’énergie, qui ont envie de participer à la construction d’une société plus humaine, plus reliée, plus souriante, plus accueillante.

Angélique Giacomini évoque la notion d’inclusion : pour favoriser le sentiment d’appartenance des seniors à leur territoire, ils doivent se sentir acteur de la démarche..

Angélique Giacomini, docteur en sociologie

Déléguée générale adjointe en charge de la formation et de la recherche du Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés, Angélique Giacomini décrypte ce processus d’adaptation de la société au vieillissement.

L’idée est d’adapter l’environnement au vieillissement en repensant l’aménagement urbain afin qu’il soit plus accueillant pour le plus grand nombre. »

Lire l'interview d'Angélique Giacomini

Il faut casser les stéréotypes sur l’âgisme, intégrer les besoins, les plaisirs et les envies des séniors. La construction des politiques publiques doit conjuguer proximité et transversalité, en tenant compte de la spécificité des territoires.

Numériques, robotiques : pour aller plus loin

La révolution numérique représente-t-elle une avancée pour les personnes souhaitant vieillir chez elles ?

Par Amandine Brugière, chef de projet à la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING)

(...)l'âge n'est pas forcément le bon critère pour déterminer la fracture numérique (si ce n'est pour ceux qui n'ont pas vécu l'avènement de l'informatique, les plus de 80 ans). Il faut plutôt retenir comme facteur l'environnement social et culturel. Plus vous êtes entouré, plus vous devenez un usager du téléphone portable et du courrier numérique. Et c'est par imitation que l'on acquiert des usages ; c'est en voyant faire les autres que vous changez votre regard sur la complexité de la technique. Bien entendu, le type d'usage est différent en fonction des âges. Les plus jeunes téléchargent et dialoguent entre eux, les plus vieux fréquentent les sites de e-administration et les services bancaires en ligne.

Lire l'intégralité de l'article

- Et la robotique ? C'est pour aujourd’hui ou pour demain ?

Réponses de Raja Chatila, directeur de l'Institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR-Université Pierre et Marie Curie/CNRS).

Le robot, en particulier dans le contexte des gérontechnologies ou de la domotique, doit pouvoir communiquer et interagir, y compris physiquement avec les humains et s’adapter à eux. Rien à voir avec de simples automatismes. À partir de là, la robotique peut rendre des services aux personnes âgées principalement dans les domaines de la santé et de l’assistance et du confort. Les applications sont très ouvertes.

Lire l'intégralité de l'article

E-TONOMY : 2 ans d’innovation au service de l’autonomie

Start-up, chercheurs, sociologues, spécialistes métiers, ingénieurs, développeurs, étudiants ou entrepreneurs et investisseurs… Depuis deux ans, les acteurs de l’innovation se retrouvent au salon E-TONOMY. Un rendez-vous annuel devenu incontournable pour découvrir les technologies actuelles et futures qui révolutionnent nos modes de vie. Lors de la 2ème édition, de jeunes entreprises impliquées dans la « silver économie » ont été primées.

Stimuler la réflexion et la créativité, anticiper les métiers de demain, développer des partenariats de R&D afin d’accompagner et pérenniser les initiatives.

Pour aller plus loin, lire l'article "3 Start-up primées au salon E-tonomy" sur www.yvelines-infos.fr

Retour sur le hackathon innovation et autonomie

Les 21 et 22 juin 2018 le département des Hauts-de-Seine et la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) organisaient leur premier Hackathon « Innovation & Autonomie : Les attentes de séniors » à La Seine Musicale à Boulogne-Billancourt. Objectif : accroître la qualité des services en faveur des seniors autonomes.

Le hackathon a été précédé d’un appel à projets, lesquels devaient coïncider avec 6 thématiques :

  • Convivialité et lien social : comment lutter contre l'isolement et le repli sur soi des seniors ?
  • Inclusion numérique : comment améliorer les fonctionnalités du quotidien au moyen de supports intelligents et connectés au service du bien vieillir ?
  • Santé et bien-être : comment préserver la santé, favoriser l'accès à une alimentation équilibrée, l'estime de soi, le bien-être psychologique et l'épanouissement des seniors ?
  • Culture : comment encourager la pratique culturelle régulière et maintenir une offre d'accès aux manifestations/expositions pour les seniors ?
  • Mobilité : comment conforter la mobilité des seniors hors de leur domicile ?
  • Surprenez-nous !

Plus de 240 participants ont travaillé en équipe sur 129 projets. A l'issue de deux jours de travail intense, 44 projets, dont 25 issus d'une fusion ont présenté leurs travaux.

Retour en vidéo

Le lab du hackathon innovation et autonomie

Cinq lauréats du Hackathon ont bénéficié d’un accompagnement au sein d’un Lab. Cette démarche a permis aux lauréats d'aborder leur projet par différentes facettes et de bénéficier de conseils éclairés d'experts et de coaches.

En immersion dans le lab

Quatre projets accompagnés par le Lab en image

Jeunes amis (thématique convivialité et lien social)

Comment lutter contre l’isolement des personnes âgées par des liens intergénérationnels. Porteurs de projets : UNICITES IDF avec Secours populaire français-Fédération des Hauts-de-Seine

Nutrivitalité (thématique santé)

Comment lutter contre l’isolement des personnes âgées par des liens intergénérationnels. Porteurs de projets : UNICITES IDF avec Secours populaire français-Fédération des Hauts-de-Seine

Kit prévention autonomie (thématique bien-être)

Comment prévenir les risques de chute à domicile. Porteurs de projets : ADAPTIA avec CCAS de Boulogne-Billancourt, Comité départemental de kinésithérapie et Ecoreso autonomie

Je reste autonome (thématique surprenez-nous)

Comment être en sécurité chez soi grâce aux nouvelles technologies.Porteurs de projets : HARMONIE MUTUELLE avec Prédical, Sesame technology et CCAS de Suresnes

La conférence des financeurs

Préparer aujourd’hui les conditions du bien vieillir.

Prévenir la perte d’autonomie des plus de 60 ans : dans les Yvelines et les Hauts-de-Seine, des instances, les Conférences des financeurs, ont été créées pour relever le défi d’une société vieillissante. Leurs dotations permettent aux Départements de déployer, avec leurs partenaires, des projets innovants pour améliorer le quotidien de nos aînés. Tour d’horizon dans les Yvelines.

Pour Marie-Hélène Aubert, Présidente de la Conférence des financeurs des Yvelines : « La Conférence des financeurs, c’est aussi un outil d’équité et de coordination qui permet d’intervenir partout sur le territoire et de mettre en réseau tous les acteurs locaux de la prévention de la perte d’autonomie »

Lire l'article complet

E-TONOMY 2019 : le salon des innovations pour l'autonomie

E-tonomy, 3e édition, les 9 et 10 octobre 2019 au campus des Mureaux.

Rendez-vous pour la 3e édition d’E-TONOMY

Premier en son genre en France, E-TONOMY est un salon organisé par INVIE et ses partenaires, dédié aux solutions innovantes pour l'autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.

En continu sur les 2 jours, 100 exposants, conférences et ateliers, outils et services innovants à découvrir, espaces démonstrations et innovation, bus de l’emploi…

Dans la continuité du salon : le 11 octobre 30 porteurs de projet vont présenter leurs travaux devant un jury composé d'expert, membres de la conférence des financeurs des Hauts-de-Seine et des Yvelines. Ce "pitch day" se déroule à l'hôtel du Département des Hauts-de-Seine.